Nouvelles

Tout sur cette aventure d'écriture

La création et la vie quotidienne

Ce qui est visible et ce qui ne l'est pas.

On aborde souvent ce qui marche et on montre fièrement les resultats d'un travail mais on aborde moins les difficultés, le doute et les moments délicats. Nous sommes clairement dans une période où ce qui compte est ce qui est visible. Pour toutes tentatives de création, il y a un travail qui ne peut être détaillé ni vu. J'avais pour habitude sur l'écriture de mes premiers scénarios de faire ce que j'appelais un marathon d'écriture de nuit. Dans ma petite expérience d'écriture de scénarios, j'avais pu écrire un scénario de long métrage en une nuit. Ce matin là, j'avais fait lire le résultat à mon épouse autour d'un café et j'avais été extrêmement heureux.

J'attendais l'inspiration et ça venait d'un coup. Aujourd'hui, nous avons trois enfants; j'ai un travail de dévelopeur d'application en parallèle. Je ne pourrais plus faire ces fameuses nuits blanches. Physiquement je ne tiendrai pas et j'ai aussi changé de méthode de travail car ma vision de l'écriture a changé. Cette nouvelle façon de voir ne balaie en rien la spontanéité de l'acte mais je place un cadre de travail en sachant d'abord pourquoi je pense à un sujet et pourquoi je veux l'aborder. Cela prend plus de temps, le doute créatif fait partie du processus et c'est beaucoup moins attrayant que l'idée romantique de l'écrivain torturé qui écrit la nuit à la lumière de la pleine lune. La certitude est partout, les gens ne savent plus douter et en ont peur. Une facette du doute est extrêmement importante pour créer et je l'ai saisi ces dernières années.

Aujourd'hui, j'écris petit à petit avec le temps que j'ai la chance de grapiller par-ci, par là. Derrière des heures et des heures d'écriture et de réécriture, nous savons que nous allons être lu en quelques minutes et mangé à la sauce gribiche dans la foulée. L'idée est la même avec un film, des mois, des années de travail et on a une idée du film en 90 minutes si les spectateurs ne sont pas partis avant la fin de la séance. 

J'ai terminé un premier jet de ce roman. On ne dit pas souvent du bien des premiers romans. Je suis en train de remanier ce que j'ai écrit. L'idée était d'apporter des clefs que le film n'amenait pas. Le livre sera, en ce sens, plus riche. En le parcourant, il y a une impression qu'une personne a commencé à écrire et une autre l'a fini. Il faut harmoniser ce texte et je me rends compte, qu'en peu de temps, ce qu'on est transparait dans ce qu'on écrit. Je ne vais pas gommer mes propres mouvements d'âme dans cette réécriture mais essayer de rendre le tout agréable à lire. 

Cet exercice d'écriture de roman a également fait bouger des scénarios (une comédie noire et une histoire sur la guerre au Sri Lanka) sur lesquels je travaille mais aussi m'a donné envie de travailler sur un roman plus personnel une autofiction comme on appelle cela aujourd'hui.

Sûrement un objet sombre et violent mais plein d'amour tout de même.

Voilà, trop d'idées et on se retrouve coincé comme une abeille dans de l'ambre.

Il est plus pragmatique de butiner une fleur à la fois et on y voit mieux.


difficulté

L'habitude et le dépassement.

Il y a quelques semaines, mon macbook a commencé à vaciller.
J'ai eu une grosse suée car tous mes travaux se trouvent dedans.
Il fait partie d'une série fin 2011 qui possède deux cartes graphiques dont une qui finira fatalement par faillir.
Ecran gris ou zébré, il a présenté les deux symptômes. Evidemment, on peut sortir le disque ssd et en extraire les données.
C'est ce que j'ai fait. J'ai dû trouver des solutions pour réparer l'ordinateur portable en modifiant le bios.
N'y connaissant rien, ça m'a pris du temps. 
Nous y voici aujourd'hui. L'ordinateur est réparé (en lui faisant oublier la carte défaillante en ne l'appelant jamais) mais du temps est passé sans que j'écrive un seul mot.
J'ai compris une chose, c'est que j'ai un attachement à écrire et travailler sur cet ordinateur précis.
Au moment où je me suis rendu compte de cela, je me suis rendu compte des dangers de la routine. 
La routine peut mener à l'immobilisme. Il y a du bon dans les habitudes mais il est important de percevoir quand cela devient limitant.
Il faut se lancer le défi de braver les habitudes qui nous bloquent.
Comme je le dis souvent à mes enfants, la seule compétition qui compte est celle avec soi-même.

Être meilleur que le soi d'hier est la seule compétition qui m'intéresse.

Cet été, je vais avancer et finir ce roman ainsi que deux projets de long métrage que j'ai démarré avec Yann Blondel.


Ecriture, expérience

Les signes et la volition

Arrivés d'Iran, en France, en tant que réfugiés politiques en 1979, mes parents ne parlaient pas français.

Ma mère m'avait appris l'alphabet en anglais en pensant bien faire.

Arrivé à la maternelle, ça a été très mal pris, à l'époque.
J'ai appris à lire et écrire en français.
Je fus le traducteur officiel et l'écrivain public de mes parents et de quelques amis srilankais à eux.

Au collège, j'ai eu de très bonnes notes en anglais mais les railleries de mes camarades quant à la facilité que j'avais de parler anglais m'ont poussé à ne plus du tout m'exprimer dans la langue de Shakespeare.
Le professeur d'anglais, un certain monsieur D. , avait saisi qu'il y avait un soucis. Il m'a permis de ne pas faire les contrôles d'anglais classiques, il m'a demandé de lui écrire une histoire de mon invention en anglais à la place.
Il avait ainsi stimulé pour la première fois mon envie d'écrire qui était latente.
Je lui en serai toujours reconnaissant. Il y a, parfois, des personnes  qui illuminent le bon chemin pour vous.
Il faut être attentif aux signes. On se perd parfois mais les signes nous dirigent toujours vers notre volition intrinsèque. 


Allociné

Une possible date de sortie du film

Notre distributeur, Hévadis Distribution, Camille Jouhair, a prévu une date de sortie du film pour le 10 juillet 2019.
Si l'aventure de cette écriture se passe bien, l'écriture de ce premier roman sera achevé d'ici là et vous aurez accès ici à un peu plus de la moitié de l'histoire.
Le scénario est, lui, intégralement accessible sur le site du film
www.sur-la-peau.com
Voici également le lien allociné http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=272038.html